Thomas Turine

Thomas Turine – Composition, direction musicale et mise en scène

www.thomasturine.com

 

« Compositeur vivant à Bruxelles, je tente de porter des projets singuliers où processus plastique, écriture musicale et rapports à l’instrument conjoignent en des formes ouvertes et sensibles.

J’ai développé un cycle de « Transpositions Musicales », une série de processus de composition que j’ai mené au départ de concepts, observations et phénomènes non musicaux. Tel un sculpteur, je travaille alors un matériau, le cisèle, lui soustrait de la matière pour en trouver une essence. Puis en un espace et en un temps donné j’agence les différents objets trouvés pour développer une forme finale.

Les racines de ma musique actuelle sont des rhizomes, j’ai d’abord grandi entouré de danseurs et musiciens de danses et musiques folkloriques de Belgique, de France et Europe de l’est. Enfant, quelques années de piano puis de percussions me mènent au rock et à son énergie pure qui m’emmène, de part et d’autre, dans des groupes de rock ou de musiques plus orchestrales et contemplatives, comme Major Deluxe (batteur et membre fondateur). Les années 90, sont aussi les années electro, acid-house, mes années de musiques expérimentales et electro- acoustique. Les années 2000 me mènent au théâtre et à la danse contemporaine, de longues, riches et intenses collaborations avec plusieurs metteurs en scène et auteurs de théâtres contemporains, ou des chorégraphes pour lesquels je crée ou compose les partitions sonores et musicales. Je rencontre ainsi d’abord la metteur en scène française Hélène Mathon et la Langue écarlate, sur un travail aigu de transmission et de regard sur réel, la question du travail, première collaboration avec Rodolphe Burger, aussi. Puis, 2003, le chorégraphe Pierre Droulers, plongée dans la subtilité de l’abstraction avec la création de Inouï, puis Flowers. Claude Schmitz, Isabella Soupart, la Cie Anomalie (fr), la Cie Mossoux-Bonté, autant de collaborations sur le long terme, pièces après pièces, des histoires qui se forgent et structurent des langages. Michel Jakar, Kris Verdonck, Martine Wijckaert, Clément Laloy …

Des échanges musicaux et sonores qui progressivement, par un retour aux sources classiques ou baroques, provoquent en moi un amour de l’écriture, de la recherche de langages particuliers, d’un rapport à la construction d’objets incluants diverses pratiques. La musique n’est pas une question de genre, mais bien une pratique, une mise en tension, un rapport à. Le rassemblement d’individus et de vies. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s